• Chu Teh-Chun

    Né à Baitou Zhen en 1920, Chu Teh-Chun est mort à Paris en mars 2014, un an après Zao Wou-Ki..

    Entré en 1935 à l’École des beaux-arts de Hangzhou, puis parti à Taïwan suite à la guerre sino-japonaise, il émigre en France en 1955 où il découvre l'art abstrait, notamment lors d'une rétrospective de l'œuvre de Nicolas de Staël qui le bouleverse.

    "On le compare à Zao Wou-Ki. Ils ont presque le même äge, tous les deux sont sortis de l'École des Beaux-Arts de Hangzhou, tous les deux ont commencé par des peintures académiques puis se sont jetés dans l'abstrait. Tous les deux sont aujourdh'ui académiciens. Mais qu'est-ce qui fait la touche personnelle de ces deux vieux camarades ?
    Teh-Chun réfléchit. "Je suis plus viril. Wou-Ki est un chinois du Sud, il a un côté très délicat, très raffiné. Je suis moi, le Chinois du Nord, plus ... brut." L'ancien basketteur sourit. " Mon travail est un jaillissement des sentiments. Je ne suis pas conceptuel. J'ai besoin d'être en feu." – Lin Zuqiang dans Paris-Match Chine  2004

    Aquarelles, gouaches, encres, lithographies :

    Chu Teh-Chun

    La paix universelle, lithographie, 1988

    Chu Teh-Chun

    Gouache sur toile (cerf-volant), 1992 

    Chu Teh-Chun

    Jeux olympiques, lithographie, 1992

     

    Chu Teh-Chun

    Chu Teh-Chun

    Chu Teh-Chun

     

    Chu Teh-Chun

    Morning dew
    Lithographie, 56x76 cm, 2006

    Chu Teh-Chun

    Zénith
    Lithographie, 100x73 cm, 2006

    Huiles sur toile :

     Chu Teh-Chun

     La forêt blanche II, 1987


     Chu Teh-Chun

     1962 - Huile sur toile, 116 x 120 cm

    Chu Teh-Chun

    Chu Teh-Chun

    Le chant d'hiver

    Chu Teh-Chun

    Sans titre

     Chu Teh-Chun

    Emotion naissante

    Chu Teh-Chun

    Le silence de la grande steppe

     Chu Teh-Chun

    Émotion poétique (à la Pinacothèque de Paris)

    Chu Teh-Chun

    Chu Teh-Chun

    Rouge, la pluie de pétales sur le village. Blanc, le nuage au-dessus de la maison

    Chu Teh-Chun

    Enrichissement de l'esprit
    89 x 116 cm, 2002

    Chu Teh-Chun

    Symphonie festive
    430 x 730 cm Destinée à l’Opéra de Shanghai , 2003

    Une œuvre également avec les céramiques de Sèvres, pour un fabuleux trésor de 56 vases peints à la main par Chu Teh-Chun, pendant deux ans, 300 heures par vase...

    Chu Teh-Chun

    Chu Teh-Chun

    Voir le catalogue de ces vases sur ce lien

    De nombreuses autres œuvres de Chu Teh-Chun sur Amorosart, quelques-unes aussi sur Artnet (tous ceux de la galerie Trigano !)